CDI : webmaster développeur

<?php $chomage=false; $emploi=true; ?>

Il fallait quand même que j'en parle ici : j'ai trouvé un emploi dans une société de création de sites web. J'y suis depuis 15 jours.

Je suis embauché en CDI (pour le moment à l'essai) comme développeur. J'ai commencé sur les chapeaux de roue par la création d'une sorte de framework CMS orienté vente en ligne. CMS qui devrait être utilisé sur une grande partie des sites des clients. Il s'agit en fait de transposer en application web ce qui fait office de cahier des charges.

Sur le papier c'est génial, dans les faits un peu moins. Pour le passionné que je suis, après une dizaine d'année à trouver ma voie, enfin je trouve un emploi qui semble me convenir ; être payé pour ce que j'aime faire : créer des sites web. Quelle chance, j'en suis bien conscient. Oui mais voilà, rien n'est jamais si simple, chaque médaille a son revers. La boite semble ronronner dans une routine de production sans se remettre en question, sans vraiment se tourner vers un autre avenir que celui qui concerne ses finances.

Le production est organisée comme une chaine assez "rudimentaire", un workflow compartimenté où le bébé passe de pôle en pôle sans que personne ne fasse le lien, il n'y a pas de chef de projet (ouais allez comprendre pourquoi ?) : commerciaux -> contrats -> graphistes -> chartes -> montage -> livraison -> intégrateurs -> contenus ->développeurs -> applications

Alors déjà je ne comprend pas pourquoi ce sont les graphistes qui "montent" les chartes graphiques en page HTML. C'est plutôt le boulot des intégrateurs ça, nan ? Ensuite, souvent l'intégration est faite avant le développement. Les intégrateurs insèrent tous ce qui est contenu statique, réalisent toutes les pages statiques des sites. Derrière, si c'est le cas arrivent les développeurs qui doivent composer avec le travail des graphistes / intégrateurs et les besoins du client. Là c'est un véritable travail de webmaster solitaire qui commence. En effet, paradoxalement, le workflow est bien décomposé en étapes bien distinctes. Mais là, finalement, le développeur doit faire du flash, toucher à la maquette Photoshop, reprendre le template Dreamweaver, re-synchroniser toutes les pages déjà réalisées, etc. étrange... Parfois les développeurs passent avant les intégrateurs, et là c'est la catastrophe, le développement rend les pages trop compliquées pour ce que les intégrateurs sont formés à faire.

Les intégrateurs semblent être sous-estimées, rendu au simple rôle de copier/colleurs ; mode WYSIWIG Dreamweaver... A mon sens, les intégrateurs devraient réaliser le site dans son intégralité en réunissant le travail des graphistes, celui des développeurs et avec le contenu fourni par le client. Mais apparemment ce n'est pas possible avec le "business model" de cette boite. Business model que je n'ai pas encore bien compris. Qui je l'avoue, me fait un peu peur... Mais revenons en à mon travail en particulier. Développeur web dans une "web agency". Oui, ils semblent se définir ainsi : "web agency". Je ne crois pas avoir la même définition qu'eux... mais bref, pour le coup, peu importe la sémantique.

Jusque là rien de particulier, en boite en pleine expansion qui ajuste comme elle peut son outil de travail au fur et à mesure de sa croissance. Sauf que lorsque l'on est développeur dans cette chaine de fabrication de sites web. Développeur convaincu de l'utilité des standards. Et qu'on doivent travailler avec des chartes créées sur Dreamweaver avec moult tables et moult trucs et machins bizarroïdes dont on avaient oublié l'existence, ça se complique. Non seulement on en chie parce qu'on as oublié cette façon de travailler, mais en plus on as mauvaise conscience : oh non c'est pas vrai, je participe à ça, en 2007.

Ah ! Qu'il était bon le temps où je n'avais à faire qu'à moi même sur le suivi du projet, maitrisant ainsi tous les points comme je l'entendais. Bon, bien sûr cela va être enrichissant de me confronter aux autres et à leurs méthodes de travail, mais cela ne va pas être facile, je le sens... Imaginez un... Par exemple, un défenseur de la laïcité au milieu d'une secte. Ou un végétarien dans une boucherie. Un pingouin dans le désert ! Bref, quelqu'un qui n'est pas dans son élément naturel. Ça ne va pas être facile... Mais il le faut. Autodidacte, c'est à dire sans diplôme, il me faut de l'expérience à écrire sur le papier.

L'équipe dirigeante semble être ouverte à l'évolution, et c'est très bien. Maintenant ce que j'attends de voir, c'est si elle aura les moyens de donner à ses employés pour évoluer dans la bonne direction. Il faut savoir que l'entreprise à fait quelque chose comme +600% de contrats en 3 ans. Autant dire qu'on est à flux tendus... et c'est rien de le dire. Tous les jours je sens dans l'air comme une pression quelque peu stressante. Les conditions parfaites pour faire de la quantité aux dépends de la qualité.

Alors si il y a besoin de moi pour aider mes collègue à passer le cap, pas de problème. Si mes connaissances doivent êtres mises à profit, tant mieux ! Je ne demande que cela. Enfin non, pas que, mais entre autres ;) Mais je mesure aujourd'hui tous le travail qu'il y a à faire en ce qui concerne les standards et l'accessibilité ; énorme. Montrer le "chemin de la lumière" à une équipe rodée à ses habitudes de travail me semble une tâche titanesque. Par où commencer ? Comment convaincre de l'utilité la nécessité d'utiliser les standards et de créer des sites accessibles ? Comment dire à des gens que leur méthode de travail, qu'ils ont mis en place depuis des années, est obsolète et qu'il va falloir ré-apprendre à travailler d'une autre manière ? Comment le faire en douceur sans blesser les anciens, les sceptiques, les réticents ? Comment le faire dans une logique de bénéfice à tout prix ?

La réponse dans les prochains mois, si réponse je trouve...

Haut de page