Pour tant qu'il y aura des hommes...

Les Ogres de Barback - Du simple au neantTextes d'Hubert Reeves et Daniel Mermet. Musique des Ogres de Barback sur l'album Du simple au neant. Vidéo de... ?

Je pense que l'humanité n'est pas nécessairement la favorite de la nature, que l'humanité peut très bien disparaître, que nous ne sommes pas une espèce sacrée, qu'il y a eu dix millions d'espèces animales jusqu'ici tandis que neuf millions ont été éliminés. On n'est pas une espèce élue comme on l'a cru pendant longtemps, la nature peut très bien se passer de nous.

Hubert Reeves


Pour tant qu'il y aura des hommes

Dans un millénaire on parlera encore de ce millénaire. On ne sait jamais ce que le passé nous réserve, mais l'avenir ne reviendra pas. Et dans ce millénaire, c'est ce siècle qui fera date, et qui fera tache, un siècle de turpitudes. Nous en sortons exténués, inhibés, esquintés, la queue entre les jambes de l'humanité.

Nuit et goulags, charniers et brouillard. Dans la nuit les feux d'artifices projettent les ombres de la Kolyma, d'Hiroshima et des trains pour Auschwitz, plutôt que le premier pas d'un homme sur la lune. Einstein tirant la langue ou la beauté d'Ava Gardner. Mais l'une des ruses de l'histoire veut que les siècles commencent et finissent là où ils veulent. Ainsi de Sarajevo à Sarajevo notre siècle a pris fin dans les débris de la chute du mur de Berlin. Fini le siècle des grandes impuissances, voici venu le siècle de l'évidence. Fin de l'histoire, pensée unique, nouvel ordre mondial. “Plus rien à voir, circulez.” Nous avons obtempéré, nous circulons, sans rien voir.

Daniel Mermet

Musique : Les Ogres de Barback

Haut de page