Cela devait arriver, c'est un scandale

J'ai travaillé pendant 5 ans à Tours Nord Parçay-Meslay. Et je peux aujourd'hui témoigner de l'absurdité de la présence de cette base aérienne trop proche de l'agglomération.

Outre les nuisances sonores auxquelles on peut éventuellement s'habituer, il y a l'évidence du risque d'accident. Pire, outre le survol quotidien des zones habitées, industrielles et artisanales, il y a le délire de ces jeunes diplômés de l'école de vol.

Combien de fois ais-je sursauté au coup de tonnerre fois dix quand un jeune taré se permettait de faire du raz-motte (quelques dizaines de mètres d'altitude) au dessus de mon lieu de travail parce qu'il était heureux d'avoir terminé sa formation ? Je ne le compte plus.

Le drame d’aujourd’hui devait arriver, quel-qu’en soit la cause, c'était écrit.

Avec la proximité de cette base de l'agglomération grandissante, c'était inévitable.

Ces avions, que nous avons vu mes collègues et moi. Qui nous perçaient les tympans et nous mettaient évidement en danger en survolant notre lieu de travail (et donc les habitations, écoles, etc. alentours) à quelques mètres d'altitudes.

C'est trop tard : ce qui devait arriver est arrivé. Et je suis prêt à parier que dans 10 ans rien aura changé.

Haut de page